Stop à la guerre de Poutine ! Ni Washington ni Moscou mais la solidarité mondiale contre la guerre !

Nous publions traduit en français l’article suivant écrit par Ashley Smith et initialement publié dans Tempest.

L’invasion barbare de l’Ukraine par Vladimir Poutine est le développement géopolitique le plus important depuis la fin de la guerre froide. C’est un tournant dans l’histoire du monde qui façonnera toutes les relations entre les États dans le système impérialiste ainsi que les luttes de classe et sociales en leur sein.
La gauche et le mouvement anti-guerre doivent se montrer à la hauteur de cette occasion et exposer des positions et des revendications claires. Nous devons condamner l’horrible guerre de Poutine, renforcer la solidarité avec la résistance ukrainienne et le mouvement anti-guerre russe, et nous opposer aux puissances des États-Unis et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) qui transforment cette conflagration en une guerre inter-impérialiste entre puissances nucléaires.

Guerre criminelle et catastrophique
Il y a près de deux semaines, Poutine a ordonné à ses troupes d’envahir l’Ukraine dans l’espoir qu’elles seraient accueillies comme des libératrices d’un gouvernement qui, selon lui, n’était pas soutenu par la population. Il a promis une victoire rapide. De toute évidence, ses attentes étaient catastrophiquement fausses, et elles l’ont conduit à déployer un nombre insuffisant de troupes et un armement insuffisant pour conquérir et soumettre rapidement le pays.

L’Ukraine a mené une résistance militaire et civile héroïque contre l’invasion russe. Contraints de se regrouper par la résistance, Poutine et ses généraux semblent prêts à se tourner vers la stratégie de la terre brûlée qu’ils ont utilisée lors de leurs précédentes guerres en Tchétchénie et en Syrie, mettant en danger la vie de millions de personnes.

L’invasion russe a déjà poussé 2 millions d’Ukrainiens à fuir leur pays à la recherche de refuges en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie et au-delà. Les quelque 40 millions de personnes qui restent dans le pays font face à une catastrophe humanitaire. La Russie bombarde des zones civiles, mettant en péril l’accès à l’eau, à la nourriture, aux médicaments et à l’électricité.

Les États-Unis et les puissances de l’OTAN ont répondu par tout sauf une intervention militaire directe. Ils ont lancé une guerre économique contre la Russie, imposant des sanctions sur le commerce et le système financier du pays. Alors que les États-Unis ont imposé un embargo sur le pétrole et le gaz russes, l’Union européenne (UE) ne l’a pas fait, car elle reste fortement dépendante de la Russie pour son carburant.

Les sanctions ne visent pas seulement Poutine, sa bureaucratie d’État et la classe dirigeante du pays, mais l’ensemble de l’économie. Ils auront un impact dévastateur sur la classe ouvrière et les opprimés du pays, qui souffrent déjà d’inégalités extrêmes au milieu de l’extrême concentration des richesses entre les mains des oligarques.

Les États-Unis et les puissances de l’OTAN ont également accéléré le déploiement de troupes dans les pays membres frontaliers de l’Ukraine et de la Russie et augmenté les envois d’aide militaire à l’Ukraine. Chacun à leur tour, les États se préparent à augmenter leurs budgets militaires pour se préparer à la rivalité entre grandes puissances ; l’Allemagne ouvrant la voie et promettant de doubler ses dépenses de guerre l’année prochaine.
Résistance internationale à la guerre de Poutine
L’espoir au milieu de cette horreur est l’émergence d’une résistance anti-guerre internationale qui viendrait de la base. La composante la plus importante en est, bien sûr, la résistance ukrainienne sous toutes ses formes militaires et populaires.

Cette résistance a inspiré l’organisation anti-guerre dans le monde entier, et plus particulièrement en Russie même. Là-bas, les militants anti-guerre ont défié la répression gouvernementale, manifestant par milliers dans tout le pays. Déjà plus de 13 000 personnes ont été arrêtées et soumises à des traitements brutaux de la part de la police politique de Poutine. Face à de telles intimidations, des centaines de milliers de personnes ont signé une pétition contre la guerre. Des artistes ont risqué leur carrière dans des institutions financées par le gouvernement pour dénoncer Poutine. Des professeurs de l’Université de Moscou se sont prononcés contre la guerre. Des membres du parlement ont demandé que cela cesse.

Un tel sentiment anti-guerre sera encore exacerbé à mesure que les conscrits russes perdront la vie, des membres ou la raison dans une guerre de conquête impérialiste. Cela alimentera l’action anti-guerre dans le pays et même parmi les troupes. Face à la résistance militaire et civile de l’Ukraine, les soldats ne croient plus au mensonge de Poutine que les envahisseurs seraient accueillis comme des libérateurs. Il y a déjà des rapports de troupes refusant de se battre, sabotant leur propre équipement et certaines faisant défection.

En plus de la résistance ukrainienne et russe, un mouvement anti-guerre international a commencé à émerger contre la guerre de Poutine. Ils ont varié en taille et en composition, mais certains ont atteint des milliers, dont un à Berlin dépassant les 100 000.

La politique de la guerre en Ukraine
Cette résistance internationale est politiquement hétérogène, avec toutes sortes de courants porteurs d’idées bonnes et mauvaises. La question clé pour les socialistes est de savoir quelles positions nous devons adopter pour éduquer, orienter et construire le mouvement.

Puisque, comme l’a si bien dit Carl von Clausewitz, « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens », nous devons d’abord comprendre la politique de cette guerre et ses différents combattants.

La Russie mène une guerre d’agression impérialiste. Comme Poutine l’a dit très clairement discours après discours, il vise à reconstruire l’ancien empire de son État en Europe de l’Est et considère l’Ukraine comme un tremplin dans ce projet. Il a l’intention d’installer un régime fantoche sur l’ensemble du pays ou de le partitionner, en conservant le contrôle russe sur l’Ukraine et les petits États dissidents de Louhansk et de Donetsk.

L’Ukraine est engagée dans une guerre d’autodétermination nationale et même de libération nationale contre une puissance impérialiste envahissante et occupante. La lutte englobe des dimensions militaires et populaires, qui se poursuivront comme une insurrection continue même en cas de victoire russe.

Les États-Unis et les autres puissances de l’OTAN visent à défendre leur sphère d’influence, qu’ils ont étendue depuis la fin de la guerre froide de plus en plus profondément à l’Europe de l’Est. Washington a clairement indiqué qu’il regroupait ses alliés pour une rivalité de grande puissance avec la Russie – et derrière elle, et bien plus important encore, avec la Chine – pour renforcer son hégémonie sur le système capitaliste mondial.

Contre le faux anti-impérialisme
Dans cette guerre, il y a trois pièges que la gauche internationale et les militants anti-guerre doivent éviter à tout prix. Avant tout, nous ne devons pas adopter la politique de « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » et soutenir la Russie de Poutine comme une sorte d’État anti-impérialiste.

Bien que cela semble bizarre pour la plupart des gens, cette position est en fait détenue par des sections de la gauche. Ceux-ci sont peu nombreux mais ont une influence démesurée sur des couches plus larges d’activistes anti-guerre qui méprisent à juste titre l’impérialisme américain.

Cette position considère les États-Unis comme le seul État impérialiste au monde et soutient tous les États, aussi répugnants soient-ils, comme la Russie de Poutine et la Syrie de Bachar al Assad, qui prétendent s’y opposer. Dans le processus, ses partisans expliquent et/ou excusent les multiples crimes de ces États, y compris les guerres et les contre-révolutions, comme la realpolitik de ce qu’ils appellent l’anti-impérialisme.

En réalité, cette position n’a rien à voir avec l’anti-impérialisme. Elle soutient, dans le cas de la Russie ou de la Chine, des États qui exploitent les travailleurs, oppriment d’autres nations et peuples et aspirent à devenir de grandes puissances.

Sur la guerre de la Russie contre l’Ukraine, ces faux anti-impérialistes adoptent diverses positions. Certains soutiennent la guerre de la Russie, d’autres la critiquent en douceur, et d’autres encore réduisent les tâches du mouvement anti-guerre à la seule critique des États-Unis et de l’OTAN.

Quelle que soit sa forme, le faux anti-impérialisme compromet fondamentalement une position anti-guerre sur l’Ukraine. Il ne s’oppose pas carrément à l’invasion et à l’occupation du pays par la Russie.

Pire encore, leur refus de s’opposer à la guerre de la Russie viole la solidarité avec la résistance ukrainienne. Il la voit plutôt comme une simple guerre par procuration sous le contrôle de Washington.

Cela viole également la solidarité avec le mouvement anti-guerre russe. Les faux anti-impérialistes ont longtemps rejeté une telle opposition nationale au sein des États soi-disant anti-impérialistes comme des « révolutions de couleur » entièrement orchestrées par les États-Unis.

Fondamentalement, les faux anti-impérialistes violent l’internationalisme de la classe ouvrière et le soutien du droit des nations opprimées à l’autodétermination. Ils voient le monde comme divisé entre les seuls États et soutiennent ceux qu’ils croient être anti-impérialistes, même s’ils exploitent les travailleurs et oppriment les peuples.

L’adoption d’un tel faux anti-impérialisme compromettra fondamentalement le mouvement anti-guerre. Cela aliénera les gens, en particulier les Ukrainiens, qui sont descendus dans les rues pour s’opposer à la guerre de Poutine et terniront la gauche en tant qu’apologistes de celle-ci.

Contre le soutien à l’intervention des États-Unis et de l’OTAN
Le deuxième piège, et peut-être le plus dangereux, consiste pour la gauche et le mouvement anti-guerre à soutenir les États-Unis et l’OTAN comme moyen d’arrêter la guerre et d’assurer la libération de l’Ukraine. Cela conduirait le mouvement à se ranger du côté de la plus grande puissance impérialiste du monde, dont les objectifs sont entièrement prédateurs.

Personne ne devrait oublier la longue et sanglante histoire de Washington : la guerre hispano-américaine, les deux guerres mondiales impérialistes, le Vietnam, ses invasions de l’Irak et de l’Afghanistan, et son soutien actuel à l’occupation israélienne de la Palestine et à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen. Ce bilan a conduit Martin Luther King Jr. à qualifier les États-Unis de « plus grand pourvoyeur de violence au monde ».

L’OTAN de Washington fait partie de cette histoire impérialiste. Les États-Unis l’ont mis en place, comme l’a si bien dit son premier secrétaire général, Lord Ismay, pour «  garder les Américains à l’intérieur, les Russes à l’extérieur et les Allemands sous tutelle » en Europe. En d’autres termes, c’est un véhicule de la domination impérialiste américaine sur le capitalisme européen.

La plupart des autres États de l’OTAN et de l’UE ont leur propre histoire sordide de colonialisme. Et beaucoup ont été complices des guerres de Washington. La dernière en date est en Afghanistan, où l’OTAN a joué un rôle important dans la « pacification » du pays, commettant de nombreux crimes de guerre dans le processus.

De plus, la décision des États-Unis et des puissances européennes d’étendre l’OTAN et l’UE à l’Europe de l’Est est l’une des causes de la guerre en Ukraine. Cela a déclenché la détermination croissante de Poutine au cours de la dernière décennie à récupérer la sphère d’influence perdue de la Russie.

Les États-Unis et l’UE n’offrent aucune alternative à l’Ukraine en dehors de la soumission à ses intérêts impérialistes et à l’économie néolibérale. En fait, par le biais du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, les États-Unis sont l’un des oppresseurs de l’Ukraine. Ces institutions financières internationales ont enfermé l’Ukraine dans une dette qui dépasse maintenant 129 milliards de dollars. Les travailleurs et les opprimés du pays ont payé un prix énorme pour rembourser ces prêts.

Comme elles l’ont fait dans l’ensemble des pays du Sud, les institutions financières internationales ont exigé de l’Ukraine qu’elle réduise les programmes sociaux, privatise l’industrie d’État, licencie les travailleurs de l’État et réduise les salaires et les avantages sociaux des travailleurs en échange de nouveaux prêts. Les paiements annuels de l’Ukraine siphonnent des milliards de dollars qui, autrement, iraient à des réformes sociales indispensables pour améliorer le niveau de vie extrêmement bas de la majorité de la population.

Les États-Unis et l’OTAN visent à défendre et en fait à étendre leur domination militaire sur l’Europe de l’Est, ainsi que leur main-mise sur l’économie néolibérale. Ils n’ont pas de solution au sort de la majorité des Ukrainiens qui luttent pour leur libération.

Malgré tout cela, de nombreuses personnes horrifiées par la guerre de Poutine exigent à tort que Washington et Bruxelles interviennent directement ou mettent en place une zone d’exclusion aérienne. Cela conduirait à des affrontements militaires entre les États-Unis / l’OTAN et la Russie, risquant une troisième guerre mondiale entre puissances nucléaires.

Pour la paix, pas le pacifisme
Le troisième piège est d’adopter une position de pacifisme, d’opposition à toute guerre et à toute violence. Bien que naturellement attrayante au milieu de l’invasion de Poutine, c’est une position erronée qui conduirait à trahir la solidarité avec la résistance ukrainienne.

Le pacifisme élève la non-violence au rang de principe en toutes circonstances. En réalité, cependant, toutes les formes de violence et de guerre ne sont pas réactionnaires. Elles peuvent être des moyens de libération de l’oppression.

La lutte de libération vietnamienne, qui a vaincu l’impérialisme français et américain, était une utilisation progressive de la force militaire qui a assuré l’indépendance du pays. La guerre civile américaine, qui impliquait à la fois la conquête du Sud par l’armée de l’Union et la grève générale des esclaves, a mis fin à l’esclavage des biens mobiliers aux États-Unis.

Ce serait une grave erreur d’assimiler la violence de l’impérialisme vietnamien et américain ou la violence des propriétaires d’esclaves et des personnes qui ont été réduites en esclavage et de juger les deux mauvaises. L’un est pour le maintien des systèmes violents d’oppression et l’autre pour leur abolition.

Au lieu d’une morale abstraite, qui peut conduire à une position franchement immorale de neutralité dans la lutte entre oppresseurs et opprimés, nous devrions aborder la question de la violence et de la guerre politiquement et comme une question tactique. Nous devons nous opposer aux guerres qui imposent la domination, l’oppression et l’exploitation, et soutenir les guerres qui libèrent les gens de ces structures.

Cela ne signifie pas que nous devons soutenir toutes formes de violence pour la victoire. Nous ne devrions soutenir que les moyens qui organisent et renforcent la lutte collective de la majorité opprimée. Et cela ne peut être jugé que dans les circonstances concrètes d’une guerre donnée.

Positions socialistes et anti-guerre fondées sur des principes
Alors quelles positions les socialistes et les militants anti-guerre devraient-ils adopter sur l’invasion de l’Ukraine par Poutine ? Cette guerre combine trois éléments : la conquête impérialiste de l’Ukraine par la Russie, la lutte de l’Ukraine pour l’autodétermination et un conflit inter-impérialistes entre la Russie et les États-Unis pour l’hégémonie mondiale.

Notre slogan directeur doit être « Ni Washington ni Moscou, mais la solidarité internationale contre la guerre et l’impérialisme ». Nous devons soutenir le droit ukrainien à l’autodétermination et sa lutte pour la libération nationale de l’occupation russe. Nous devons défendre le droit des Ukrainiens à obtenir des armes partout où ils le peuvent pour se défendre, même si nous devons signaler aux Ukrainiens les conditions qui seront attachées à toutes les armes et le soutien qu’ils recherchent auprès des États-Unis et d’autres puissances impériales.

Nous devrions soutenir les forces progressistes – la gauche, les organisations féministes, les syndicats – dans la résistance ukrainienne qui défendent les droits des minorités nationales opprimées du pays, ses russophones, sa population juive et autres. Seule l’unité parmi les Ukrainiens contre toutes les oppressions peut unir la résistance contre la tentative de la Russie de diviser et de conquérir le pays.

Nous devons être solidaires du mouvement anti-guerre russe. S’il parvient à s’étendre en taille et en portée, il peut donner confiance aux troupes russes pour refuser de se battre et ainsi mettre fin à l’invasion.

De cette résistance peut naître une lutte encore plus radicale pour défier l’autocratie de Poutine. Rappelons-nous, les défaites militaires russes ont historiquement conduit à des révolutions : sa guerre avec le Japon a conduit à la révolution de 1905 ; La Première Guerre mondiale a conduit à la Révolution russe en 1917; et l’occupation de l’Afghanistan par Moscou dans les années 1980 a conduit aux révolutions politiques de 1989 à 1991.

Alors que nous nous opposons à la guerre de la Russie, nous ne devons pas appeler les États-Unis et les puissances de l’OTAN à intervenir. Nous ne devrions pas soutenir leurs sanctions, qui dans ce cas sont une guerre par d’autres moyens financiers. Ils représentent la punition collective de la classe ouvrière et des opprimés souffrant déjà d’une extrême inégalité pour les crimes de leurs dirigeants.

Ce régime de sanctions est tout à fait hypocrite. Les États-Unis s’opposent aux sanctions contre l’Arabie saoudite, malgré sa guerre génocidaire au Yémen, et contre Israël, malgré le maintien de l’apartheid et ses décennies d’occupation de la Palestine. Les États-Unis utilisent ou refusent d’utiliser les sanctions pour faire avancer leurs intérêts impérialistes.

Les sanctions contre la Russie sont conçues pour verrouiller l’hégémonie américaine, envoyant un message à la Chine et aux autres États sur la puissance géopolitique et économique de Washington et les risques pour quiconque défie ses décrets. Ils intensifient les rivalités inter-impérialistes et régionales pour la domination du capitalisme mondial.

Nous devons également nous opposer aux appels lancés aux États-Unis et à l’OTAN pour imposer une zone d’exclusion aérienne, qui transformerait l’invasion de la Russie en une guerre inter- impérialiste entre puissances nucléaires, mettant le monde en danger d’Armageddon atomique. Nous devrions également nous opposer à la nouvelle militarisation des États-Unis, des États de l’OTAN, de la Russie et d’autres pays qui a pour seul objectif la rivalité des grandes puissances et la préparation de guerres mondiales.

Au lieu de cela, nous devons formuler des demandes qui répondent à la crise humanitaire immédiate. Plus important encore, nous devons appeler le monde à ouvrir ses frontières à tous les Ukrainiens fuyant leur pays, ainsi qu’à tous les autres migrants, en particulier africains et arabes qui, en termes ouvertement racistes, ont été repoussés en queue de file et se sont vu refuser l’entrée dans les pays de l’UE et de l’OTAN.

Enfin, nous devons appeler les États-Unis et leurs institutions financières internationales à annuler la dette de l’Ukraine. Ce n’est qu’alors, si l’Ukraine parvient à se libérer de l’occupation russe, qu’elle pourra échapper aux entraves financières de l’Occident et reconstruire comme bon lui semble.

Reconstruire l’internationalisme ouvrier
La gauche et le mouvement anti-guerre doivent relever le défi de la guerre de Poutine. Il façonnera la politique mondiale pour la prochaine génération, aura un impact sur chaque problème intérieur et affectera toutes les classes et tous les mouvements sociaux.

La guerre a déjà secoué l’économie mondiale. Il a provoqué de fortes contractions des marchés boursiers du monde entier, a considérablement augmenté l’inflation en particulier dans le secteur de l’essence et de l’alimentation, et contraint les banques centrales, les unes après les autres, à augmenter les taux d’intérêt.

Celles-ci obligeront à leur tour les gouvernements à adopter des mesures d’austérité sur les programmes sociaux et l’emploi public, même s’ils augmentent leurs budgets militaires. Ils sacrifieront notre beurre pour payer leurs armes.

Leurs préparatifs militaires exacerberont les tensions dans le système étatique mondial. Chaque État tentera de protéger sa sphère d’influence, déchirant les structures du capitalisme mondial. Et ils redoubleront d’efforts pour sécuriser des réserves fiables de combustibles fossiles, ce qui entraînera un réchauffement mondial encore plus important dans le processus.

Ces dynamiques intensifieront la polarisation politique préexistante de chaque pays. Avec l’establishment présidant à la crise, aux coupes budgétaires et aux préparatifs de guerre, la droite et la gauche auront toutes deux l’opportunité d’offrir des voies alternatives.

Cela se produira dans un contexte d’augmentation probable de la lutte des classes et de la lutte sociale, enflammée par les mesures d’austérité de nos dirigeants. Par exemple, aux États-Unis, les patrons diront dans chaque négociation de contrat avec les syndicats que l’inflation et la hausse des taux d’intérêt les empêchent d’accorder des augmentations de salaires et des avantages sociaux tout en assurant la rentabilité, déclenchant des grèves potentielles.

En ce moment historique, la gauche doit saisir l’opportunité. S’opposer à la fois à Moscou et à Washington, construire des luttes de classe et sociales et faire de notre mieux pour les relier à des batailles similaires pour la justice sociale et économique à travers le monde. Plus que jamais, nous devons construire et reconstruire la politique de l’internationalisme ouvrier et organiser un combat pour un monde qui place les peuples avant l’impérialisme et le profit.