Voyage à Kiev III : Entretien avec Oleksandr Paly

Le camarade Oleksandr a fait le rapport politique à la conférence de la LSU. Il est rédacteur en chef du journal  » Constructor Aviation d’Ukraine  » et membre de l’Union des travailleurs de l’aviation.

Dans quel contexte les syndicats ont-ils vécu avant le début de la guerre ?

Oleksandr Paly

Depuis l’arrivée au pouvoir de Zelenski et de son parti, l’Ukraine a tenté de mettre en œuvre des mesures néolibérales, inspirées par les idées de George Soros. Peu d’intervention du gouvernement dans l’activité des entreprises à caractère public. Un groupe de représentants du parti au pouvoir a mis en œuvre et présenté une série de projets de loi qui menacent les libertés de la classe ouvrière, des mouvements sociaux et des syndicats. À l’arrivée du gouvernement Zelenski, le mouvement syndical était très affaibli. L’un des groupes les plus nombreux était la Fédération des syndicats d’Ukraine qui, à l’époque, a tenté de dicter certaines conditions dans les négociations avec le gouvernement, déclarant : « Les actifs après la désintégration de l’URSS sont devenus une partie du patrimoine de cette Fédération« , ce à quoi le gouvernement a répondu : « Si vous menez certaines actions syndicales, nous vous confisquerons les actifs« . Et si les actifs étaient perdus, il en serait de même pour les membres inscrits à cette organisation officialiste – pour ainsi dire – dont la plupart des membres sont formellement. Vient ensuite, par ordre d’importance, la Confédération des Syndicats Indépendants. Et puis un certain nombre de petites organisations, avec moins de membres, peu d’actifs et peu de ressources financières, ce qui les empêche de pouvoir mener des actions syndicales fortes. En même temps, les membres qui se sont inscrits consciemment sont plus dynamiques.

Comment l’enregistrement des syndicats a-t-il évolué ?

La perte de membres enregistrés au sein de la Fédération des syndicats a été impressionnante : en 2004, elle comptait 11 millions de membres et aujourd’hui, elle n’en compte plus que 3,75 millions. En outre, le nombre de groupes de syndicats adhérents est passé de 100 000 à 30 000. Pendant ces mois de guerre, il est très difficile d’obtenir des statistiques, mais on constate une réduction spectaculaire du nombre de membres des syndicats. Malgré ce contexte très difficile, les syndicats ont pu repousser plusieurs attaques des représentants du parti au pouvoir en empêchant la mise en œuvre de projets de loi contre les droits de la classe ouvrière. Cela ne signifie pas que les syndicats ont gagné la lutte, mais ils ont résisté.

Quels changements la guerre a-t-elle provoqués ?

La vie a beaucoup changé. Selon les statistiques, au cours des 100 premiers jours de la guerre, environ 50 % de la population économiquement active a perdu son emploi, soit environ 4,8 millions d’Ukrainiens. Si tout cela continue, ce chiffre atteindra 7 millions d’ici la fin de l’année. Le salaire moyen – décembre 2021 – a été de 567 euros. Une cinquantaine d’entreprises ont cessé d’exister ou ont partiellement suspendu leurs activités. Selon les estimations, environ 10 millions d’habitants sont considérés comme des réfugiés ou déplacés de leur domicile réel. Avant la guerre, l’emploi formel était de 11 millions sur un total de 40 millions d’habitants. Cela a provoqué une chute énorme des effectifs syndicaux, de sorte que la Fédération ne compte plus qu’environ 2 millions de membres. Il y a aussi des membres qui sont partis à cause de la guerre : lorsqu’une usine est bombardée, ils perdent leur emploi et perdent automatiquement la possibilité de rester membres des organisations syndicales.

Que font les directions des syndicats majoritaires aujourd’hui ?

Il convient tout d’abord de mentionner combien il est difficile de critiquer le gouvernement en guerre – n’importe qui peut vous montrer du doigt et dire que vous êtes un « agent du Kremlin ». Cependant, les principaux syndicats n’ont pas organisé une seule grève générale nationale au cours des 30 années d’histoire de l’Ukraine en tant que pays indépendant. Il n’y a eu des arrêts de travail que dans certains secteurs, dans certaines industries du pays, mais il ne s’agit pas d’arrêts de travail généraux.

Quelle est l’évaluation des pertes matérielles ?

Les pertes sont estimées à ce jour à environ 600 milliards de dollars, la perte de PIB serait de 30%. Quelque 14 000 maisons ont été complètement détruites et 72 000 ont été partiellement endommagées. 600 000 nouveaux logements doivent être construits pour couvrir les pertes de logements.

Comment les gouvernements locaux agissent-ils sur les services publics ?

L’Ukraine a une politique de prise de décision décentralisée, de sorte que de nombreuses personnes ont été affectées par certaines dispositions prises par les gouvernements locaux dans chaque province et ville. Par exemple, en ce qui concerne le paiement des services publics, de l’approvisionnement en énergie, de l’eau potable, de l’immobilier et d’autres services, les personnes sont obligées de continuer à payer toutes les factures. De nombreuses personnes se sont endettées pour payer les services publics, même avant la guerre. Les gouvernements provinciaux n’ont pas proposé de réduire ou d’annuler les dettes, mais, au contraire, ont appelé les débiteurs en exigeant le paiement intégral de la dette. Il y a des millions de personnes qui ont dû quitter leur maison, mais qui doivent encore rembourser leurs dettes.

Comment les banques gèrent-elles les dettes ?

Point culminant du cynisme de ce régime capitaliste dans lequel nous vivons, le secteur financier et bancaire téléphone aux gens et leur dit qu’ils doivent payer en temps et en forme ou ils devront payer plus d’intérêts pour les hypothèques, les prêts bancaires, les garanties, les biens immobiliers et tout autre type de prêt. Seuls les militaires peuvent renégocier les termes. Les dirigeants des grandes banques reconnaissent que le paiement d’intérêts sur les prêts est exigé tant dans les villes peu touchées par les bombardements que dans celles qui ont subi davantage de dégâts. Seuls les habitants de Bucha, Irpin, Gostomel et Mariupol pourraient bénéficier d’un moratoire ou d’une sorte de dérogation à l’obligation. Les travailleurs de l’usine industrielle d’Azovstal, par exemple, ont perdu leur emploi, leurs biens, leur maison, leurs amis ou leurs parents ; mais ils n’ont pas perdu l’obligation de payer leurs dettes et leurs obligations de service. C’est le cynisme dramatique qui règne aujourd’hui.

Qu’en est-il des salaires ?

Les salaires ont chuté de façon spectaculaire, tant en hryvnas, notre monnaie nationale, qu’en dollars des États-Unis. Ceux qui ont eu la chance de pouvoir conserver leur emploi ont été transférés dans une nouvelle relation de travail : ils ont une semaine de travail d’un, deux ou trois jours par jour, sans avantages supplémentaires, primes, etc.

Quelles actions le gouvernement et les employeurs tentent-ils de mettre en œuvre ?

Avec l’excuse de la guerre, les députés du parti au pouvoir de Zelenski tentent d’introduire dans le code du travail certaines dispositions qui menacent les libertés et les droits de la classe ouvrière. Par exemple, l’une des mesures mises en œuvre consistait à donner à l’employeur le droit de mettre fin au contrat de travail sans aucune indemnité, pension ou compensation. En mettant fin à la relation de travail, le travailleur se retrouve dans une situation bizarre : il ne reçoit pas de salaire, mais il n’a pas non plus la possibilité de partir à la recherche d’un emploi ailleurs. Il a été très difficile pour les syndicats d’inverser, même partiellement, certaines de ces mesures, dont la portée est inégale. Avec les réformes, presque toutes les entreprises qui coopèrent d’une manière ou d’une autre avec le ministère de la défense sont obligées de devenir des sociétés par actions, mais cela a été gelé pendant la période de guerre parce qu’elles ne pouvaient pas réduire le personnel dans ces circonstances. Ils ont donc décidé de suspendre les accords de travail avec les employés, qui malgré tout ont dû rester liés à ces organisations sans pouvoir avoir accès à des ressources financières, sans salaire ni aucune sorte d’aide de la part des entreprises ou de l’État.

Y a-t-il d’autres conséquences en termes de relations de travail ?

Il y a de nouvelles situations. Par exemple, on ne sait pas ce que les employés des usines liées au secteur militaire doivent faire pendant les bombardements ; ils ne savent pas s’ils ont le droit de quitter l’usine en cas d’attaque. De nombreux employeurs affirment qu’aucune règle ne vient étayer la décision des employés de quitter leur lieu de travail. L’employeur était habilité à suspendre certaines clauses de la convention collective sans avoir à en parler ni aux employés ni aux représentants syndicaux.

Et que faire des organisations syndicales majoritaires face à tout cela ?

Ils donnent l’image qu’ils travaillent dur pour prévenir les attaques contre les travailleurs, ils disent qu’ils mettent sur papier les mesures qu’ils vont mettre en œuvre. En fait, dans la réalité, l’effet de leurs actions est pratiquement nul. Je n’ai même pas besoin de mentionner à quel point les organisations syndicales sont bureaucratiques dans les pays issus d’un régime politique post-stalinien. Nous ne constatons aucun changement dans la structure organisationnelle des organisations syndicales. La plupart des mesures qu’ils mettent en œuvre arrivent tardivement, ce ne sont pas des mesures préventives. Cela témoigne du rôle prépondérant de la bourgeoisie dans notre pays, qui est la classe qui dicte les règles du jeu.

Quelle est la perspective que vous envisagez ?

Si les groupes syndicaux ne s’organisent pas et ne se regroupent pas pour frapper un coup contre toute cette discrimination, lorsque la guerre sera terminée, nous serons confrontés à une crise très profonde de toute la structure syndicale. Cela ne veut pas dire que nous devons sombrer dans le désespoir, au contraire, nous devons mettre en place un plan d’action, une feuille de route pour pouvoir prévenir et éviter une catastrophe. Les militants syndicaux, dont je fais partie, pensent qu’après la guerre, la classe ouvrière va connaître des moments très difficiles, une sorte de « serrage de ceinture ». Nous pourrions même être obligés de reconstruire des villes dans le cadre d’un compromis social. Nous ne devons pas désespérer, nous devons agir, rejoindre et préparer de nouveaux militants pour renforcer le mouvement syndical et par là, renforcer notre mouvement marxiste au sein de la classe ouvrière.

Quel est, selon vous, le plan du gouvernement et des entreprises ?

Les disciples de George Soros ont été implantés ici en tant que dirigeants du pays. Ils ont préparé un plan de réforme avec des mesures visant à voler les derniers actifs publics restants. À cette fin, la fondation « Renaissance ou Fonds de redressement national » sera créée. Dans son orbite se trouveront différentes fondations plus petites, chacune ayant une orientation plus spécifique. Il sera présidé par un comité d’observateurs composé de quelques ambassadeurs de Soros ici et, pourquoi pas, de conseillers étrangers. Je vais citer quelques-unes des grandes entreprises qui feront partie de la Fondation : des sociétés pétrolières et gazières, le constructeur aéronautique « Antonov », la société aérospatiale « Yuzhmash », le bureau de construction « Dutch », l’usine de balistique et de missiles « Neptune », la société « Turboatom », qui produit des turbines pour les centrales nucléaires du pays ; et la société « Motor Sich », une très grande entreprise privée que les disciples de Soros semblent vouloir nationaliser à tout prix (« Motor Sich » est un grand fabricant de moteurs d’avions et d’hélicoptères).

Quelle est votre conclusion ?

À l’avenir, de nombreux biens publics seront gérés par la Fondation que j’ai nommée. Le peuple ukrainien se retrouvera sans la capacité de gérer les ressources propres du pays, sans accès à la gestion et à l’administration des ressources. Ils ont déjà une grande influence sur « Ukroboronprom », qui est une sorte de pôle d’entreprises engagées dans la production d’équipements de guerre et militaires. Les entreprises qui composent ce conglomérat payent d’importantes sommes d’argent à titre de contributions, sans rien recevoir en retour. Il y a plusieurs scandales de corruption ici, mais rien n’est fait pour y remédier. Les dirigeants d’Ukroboronprom reçoivent des salaires astronomiques sans remplir aucune fonction importante, entraînant même des pertes financières. Pourquoi est-ce que je parle autant d’Ukroboronprom ? Parce qu’elle fera partie de la « Fondation de redressement national ».

Vous voulez dire autre chose ?

Oui, pour introduire une note d’optimisme. Nous continuons à nous battre, à combattre les problèmes qui apparaissent et se reproduisent. C’est comme une bête à qui on coupe la tête et à qui il pousse trois têtes. Donc, dans ce sens, je suis confiant sur le fait que la partie progressiste du mouvement syndical puisse mettre en œuvre un plan d’action efficace au profit de la classe ouvrière. Aussi terrible que cela puisse paraître, je dois admettre que la guerre change la mentalité des gens pour le mieux, dans un sens. Je suis convaincu que bon nombre des réfugiés qui rentrent au pays ramèneront avec eux des conclusions et de nouvelles expériences en matière de relations de travail. Je me demande aussi : que feront les jeunes qui se battent aujourd’hui sur le front, pour lequel ils sont bien payés, lorsqu’ils devront rentrer et qu’on leur proposera des emplois à 300 euros ? J’ai de nombreux doutes quant à leur volonté de faire partie du système de semi-esclavage existant. Les syndicats ne doivent pas être déconcertés, ils doivent faire tout ce qu’ils peuvent pour attirer de nouveaux militants dans leurs rangs, et en même temps implanter en eux les idées du mouvement révolutionnaire, socialiste, ce qui pourrait donner de très bons fruits.