Déclaration du LIS sur Cuba

Declaración de la LIS sobre Cuba

1. Le dimanche 11 juillet, les plus grandes mobilisations jamais vues ont éclaté à Cuba, plus importantes que le « maleconazo » de 1994. Des milliers de personnes ont défilé dans diverses villes pour protester contre le manque de nourriture, de médicaments et contre les coupures de courant prolongées au milieu d’une crise économique aiguë, aggravée par la pandémie de Covid-19 et le blocus criminel de l’impérialisme yankee.

2. La Révolution cubaine de 1959 a remis en cause l’ordre mondial tout entier. A 150 km du pouvoir impérialiste hégémonique et contre la politique de la bureaucratie soviétique, les colonisés d’une petite île dirigée par un dictateur se sont débarrassés de leur dictateur et de leurs colonisateurs, ont pris le pouvoir entre leurs mains et ont fini par exproprier la bourgeoisie. La révolution cubaine est devenue une source d’inspiration pour toute une génération, aidant à forger une avant-garde massive de jeunes révolutionnaires et à déclencher une vague de rébellions et de révolutions à travers l’Amérique latine et d’autres régions du monde.

3. Au cours des 60 années suivantes, malgré les tentatives inlassables impérialistes de la vaincre, malgré l’étouffement du blocus meurtrier des États Unis, malgré la fin du soutien vital de l’URSS à l’économie cubaine, malgré une direction bureaucratique qui refusait d’étendre la révolution internationalement comme le Che l’a proposé et de l’approfondir à l’intérieur en promouvant la démocratie ouvrière la plus large, et a décidé de prendre la voie de la restauration capitaliste, le peuple cubain refuse de perdre ses conquêtes révolutionnaires. La défense de ces conquêtes et la récupération de celles qui ont été perdues est une tâche centrale pour tout révolutionnaire.

4. Les manifestations qui ont éclaté le 11 juillet sont le résultat de contradictions qui se sont accumulées au fil des années. Le blocus criminel américain, qui s’est intensifié pendant le mandat de Trump et n’a pas été relâché depuis l’arrivée au pouvoir de Biden, est la principale cause de pénurie sur l’île depuis sa mise en œuvre il y a soixante ans. La politique de restauration capitaliste de la direction cubaine, qui a commencé il y a des années mais s’est accélérée dans la période la plus récente, a aggravé les inégalités et la pauvreté parmi le peuple cubain. La pandémie de Covid-19 a porté un nouveau coup dur, liquidant l’industrie du tourisme dont dépend l’économie nationale et entrainant une baisse de 11% de son PIB en 2020. Face à cette situation, le gouvernement a mis en place des mesures d’austérité à l’encontre de la population. La pandémie elle-même a atteint un pic d’infections et de décès dans les jours qui ont précédé la manifestation du 11 juillet. Bien que Cuba ait développé son propre vaccin, la vaccination accuse un long retard en raison de la pénurie de seringues due au blocus yankee et à la planification bureaucratique des programmes de santé. Cette combinaison a produit une situation de pénurie de nourriture et de médicaments et des pannes de courant prolongées qui ont finalement fait exploser le mécontentement social cumulé.

5. Le recul des conquêtes de la révolution et le cours accéléré vers la restauration capitaliste proclamés par la bureaucratie cubaine comme la seule issue contre le blocus et l’isolement sont finalement aussi le produit de l’adoption de la politique stalinienne du socialisme dans un seul pays et sa coexistence pacifique avec l’impérialisme ; ils ont aussi agi comme un frein à la révolution latino-américaine, utilisant l’énorme prestige acquis par la révolution pour appeler le Nicaragua à ne pas devenir un autre Cuba, ni le Salvador un autre Nicaragua, ou, plus récemment, conseillé au Venezuela de ne pas dépasser le cadre du capitalisme et d’y transférer le même modèle bureaucratique qui empêche la libre initiative des masses et provoque des reculs dans la conscience révolutionnaire et socialiste.

6. L’impérialisme cherche à profiter du mécontentement social actuel et de la faiblesse relative du régime cubain, qui n’a pas la même autorité que celui de Fidel, pour tenter de soumettre le peuple cubain, liquider son indépendance et son exemple, récupérer l’île pour le libre usufruit de ses capitaux, et la transformer en sa semi-colonie. Les intentions yankee sont claires dans le soutien expéditif et cynique que Biden a offert aux manifestants et la collaboration commune détenue avec des secteurs qui, dans la mobilisation, ont mis en avant des slogans tels que « à bas le communisme » ou « Homeland and Life », en référence à la chanson composée par des émigrés cubains musiciens à Miami. Nous alertons le peuple cubain et les peuples du monde qu’une victoire de l’impérialisme yankee sur Cuba serait une défaite importante pour les travailleurs cubains et pour la classe ouvrière mondiale. En premier lieu, les révolutionnaires doivent clairement se ranger du côté des travailleurs pour arrêter toute tentative impérialiste d’intervention dans l’île.

7. La mobilisation du 11 juillet a cependant été mitigée. Comme l’ont rapporté les secteurs marxistes à Cuba même, la mobilisation est véritablement née du mécontentement du peuple face aux épreuves extrêmes qu’il subit. La mobilisation n’était pas dirigée par des organisations contre-révolutionnaires, même si les mots d’ordre impérialistes prédominaient. Ce sont surtout les secteurs ouvriers qui se sont mobilisés de manière indépendante. A leur tour, des secteurs intellectuels de gauche qui revendiquent la liberté d’expression ont également participé, ainsi qu’un important secteur du lumpen-prolétariat qui a profité de la situation pour provoquer des destructions et des affrontements.

8. La meilleure façon d’arrêter l’impérialisme serait d’inverser le cours restaurationniste actuel, d’orienter la politique officielle vers la résolution des besoins du peuple, de liquider les privilèges et l’accumulation de richesses du secteur dirigeant minoritaire, d’avancer vers une ouverture démocratique pour toute la classe ouvrière et les organisations révolutionnaires et de soutenir les peuples qui se soulèvent dans les révoltes et les révolutions dans le reste du monde, les appelant à rompre avec le système capitaliste et impérialiste pour étendre la révolution. Malheureusement, le régime va dans la direction opposée. Sa réponse aux manifestations a été répressive, dispersant les manifestations avec des matraques et des gaz lacrymogènes et arrêtant des centaines de manifestants, dont des militants de gauche et socialistes et, même des militants du Parti communiste lui-même comme Frank García Hernández du Blog Comunistas. Et loin d’adopter des politiques pour soulager les besoins du peuple, regagner le terrain perdu et faire avancer la révolution socialiste, le régime affirme la voie de la restauration capitaliste qu’il a entamée il y a longtemps. De cette façon, le gouvernement cubain aggrave les causes du mécontentement social, aidant indirectement l’impérialisme à se présenter comme une alternative. Même si l’avancée de l’impérialisme yankee sur l’île est empêchée, une consommation de la politique de restauration du régime cubain dans le style mené par la bureaucratie chinoise du PC signifierait également une défaite pour le peuple cubain. Par conséquent, les révolutionnaires ne peuvent pas offrir notre soutien politique au régime du Parti communiste cubain ou au gouvernement Díaz-Canel.

9. La Ligue Socialiste Internationale s’oppose à toute ingérence impérialiste, défend inconditionnellement l’indépendance de Cuba et lutte pour vaincre le blocus criminel des États-Unis contre le peuple cubain. Nous défendons les conquêtes de la révolution de 1959 et la récupération de celles qui ont été perdues. Nous nous opposons aux politiques d’austérité actuelles et au cours de la restauration capitaliste que le régime de Díaz-Canel et Raúl Castro poursuit. Nous exigeons la libération de ceux qui sont emprisonnés pour avoir manifesté, nous exigeons la démocratie ouvrière et socialiste ainsi qu’un approfondissement de la révolution, tant à Cuba  qu’internationalement. Ni l’intervention impérialiste, ni la restauration capitaliste contrôlée par l’État cubain n’offrent de solution aux problèmes des travailleurs de Cuba. Seul le chemin de la révolution permanente, l’internationalisme et le socialisme avec la démocratie de la classe ouvrière peuvent garantir l’avenir du peuple cubain. Cela sera possible si, sur la base des leçons tirées de la situation actuelle, les secteurs les plus conscients de la classe ouvrière, la jeunesse et l’intelligentsia avancent vers la construction d’un parti socialiste véritablement révolutionnaire dans le pays.