L'actualité de la guerre et notre campagne de solidarité

« L’opération spéciale » de Poutine pour soumettre l’Ukraine en quelques jours n’a pas atteint son objectif en raison de la résistance. Des négociations entre les deux parties ont lieu. Pendant ce temps, les attaques russes contre la population civile deviennent plus sauvages. Les conséquences politiques et sociales se font sentir autour de l’épicentre du conflit. L’exode de millions d’Ukrainiens provoque un drame humanitaire. L’Europe vit dans la peur de l’éventualité de catastrophes nucléaires ou du déclenchement d’une troisième guerre mondiale. L’impérialisme occidental, principalement nord-américain, intervient indirectement, puisqu’il maintient avec l’OTAN sa politique expansionniste agressive. La mobilisation doit faire son chemin dans un grand mouvement pour le Non à la guerre. La LIS commence une campagne de soutien matériel au Syndicat de protection du travail « Zathsi Pratsi » sur la base de l’appel qu’il a lancé. Nous le faisons à partir d’une politique de principe, une politique indépendante que nous portons avec nos camarades de la Ligue socialiste ukrainienne : rejet de l’invasion, soutien à la résistance et contre tous les impérialismes qui prennent l’Ukraine comme théâtre de leurs conflits, sans faire confiance à la politique du gouvernement de Zelensky et en affrontant l’extrême droite.

Par Rubén Tzanoff

L’invasion des troupes impérialistes russes n’a pas remporté une victoire-éclair et dure depuis bientôt un mois. Vladimir Poutine n’a pas obtenu la reddition de Volodymyr Zelensky ni la mise en place d’un gouvernement fantoche pour le remplacer. La prétendue « opération spéciale » est en fait une guerre ouverte.

Ce ne sont pas des « sauveurs » mais des envahisseurs

Les soldats de l’impérialisme russe n’ont pas été reçus comme des « sauveurs » mais comme ce qu’ils sont réellement, des envahisseurs. Ils n’ont pas trouvé de soutien écrasant, même dans les régions où la population russophone est majoritaire. La résistance s’étend depuis les fronts de combat à l’arrière. Les Ukrainiens s’organisent du mieux qu’ils peuvent, même dans des conditions inférieures.

Rapports de guerre

Il y a des spécialistes militaires et des services de renseignement de l’impérialisme occidental qui soulignent de graves erreurs de calcul, des échecs logistiques et une sous-estimation de l’efficacité de la résistance ukrainienne par l’armée russe. Les images d’assaillants morts et de chars détruits se multiplient. Un grand nombre de victimes dans les troupes et même la mort de six généraux sont évoqués, un événement qui, s’il était vrai, serait sans précédent. Dans un conflit guerrier, tout le monde exagère et/ou ment, c’est pourquoi vous ne pouvez pas faire aveuglément confiance aux rapports de guerre des parties adverses. Mais la vérité est que l’avancée russe n’est pas ce à quoi ils s’attendaient, pas plus que la résistance ukrainienne.

Négociations en cours difficiles

Les négociations pour convenir d’un cessez-le-feu, basé sur une feuille de route en quinze points, sont lentes et difficiles. Dans ce cadre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré qu’il espérait parvenir à un accord sur des « garanties de sécurité ». « Dans les négociations, il y a des formulations absolument concrètes qui, à mon avis, sont sur le point de parvenir à un accord. »

Le chef de la délégation de négociation, Vladimir Medinski, et le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, ont déclaré que la possibilité d’une neutralité pour l’Ukraine était en cours de discussion, sur la base d’une situation similaire à celle de l’Autriche et de la Suède. C’est-à-dire « un État neutre démilitarisé, avec sa propre armée et sa propre force navale », sans l’extension de l’OTAN. Pour Moscou, il y a aussi des questions non négociables, comme le statut de la péninsule de Crimée et du Donbass.

Zelenski encourage également un accord

Pour sa part, Zelenski a déclaré que l’Ukraine ne sera pas en mesure d’atteindre son objectif constitutionnel d’adhésion à l’OTAN et a qualifié les positions des parties aux négociations de « plus réalistes ». Il a encouragé à « poursuivre les négociations » car « toute guerre se termine par un accord ».

Moins elle avance, plus elle enrage

Ni le ralentissement éventuel de l’avancée russe, ni le début des négociations n’ont arrêté la guerre. Dans tout le pays, des images de bâtiments, d’hôpitaux, d’écoles, de théâtres et d’usines détruits ou gravement endommagés par des missiles se répètent. L’horreur est multipliée lorsque des civils morts apparaissent dans les rues. Les couloirs humanitaires ne sont pas non plus respectés, c’est pourquoi les personnes qui fuient sont également ciblées. Des reportages révèlent que l’armée russe a commencé à tester une nouvelle arme mortelle : des missiles hypersoniques qui échappent aux radars défensifs. Face aux difficultés du terrain, l’armée de Poutine agit avec de plus en plus de sauvagerie sur la population civile.

La barbarie se manifeste à Marioupol

Les principaux signes de barbarie se produisent dans la ville portuaire de Marioupol, où vivent quelque 400 000 personnes. Ils n’ont plus d’eau, de nourriture ou de soins médicaux pour les blessés à l’hôpital. Seules 35 000 personnes ont réussi à partir et il y a environ 2 500 morts. Les bombardements ont détruit l’usine métallurgique d’Azovstal, l’une des plus grandes d’Europe. Les troupes sont dans le centre-ville et il y a des combats rue par rue. Malgré cela, l’Ukraine a rejeté l’ultimatum de quitter la ville. Les spécialistes soulignent que même si la Russie devait prendre Marioupol, elle aurait besoin de 800 000 soldats, soit la quasi-totalité de son armée active, pour contrôler l’Ukraine pendant une longue période.

Un médecin montre des enfants tués par le bombardement d’un hôpital de Marioupol

La bataille s’intensifie dans les villes jusqu’à Kiev

Les Russes ont pris Jersón, dans la mer Noire, avec près de 300 000 habitants. L’avancée est plus lente au nord et gagne du terrain dans les zones côtières du sud du pays, une base fondamentale pour pouvoir avancer vers l’ouest. Les forces russes encerclent également le Donbass. La mer d’Azov est un des enjeux si elle restait entre les mains de Moscou. Autour de Kiev et de Mikolaiv, les affrontements se poursuivent. Les villes de Kharkiv et Chernihiv sont soumises à de violents bombardements. Et Kiev est également attaquée alors qu’elle continue de se préparer à l’invasion. La résistance est très grande, il y a des images d’héroïsme émouvant. Certains montrent comment les chars d’assaut sont accueillis par une grêle de cocktails Molotov lancés depuis les fenêtres des bâtiments.

Des millions de personnes ont été déplacées de leurs foyers

Les données les plus récentes évaluent à 3,39 millions le nombre de personnes qui ont émigré depuis le début de la guerre. Leurs principales destinations sont : la Pologne (2,05 millions de personnes), la Roumanie (527 000) et la Moldavie (362 000). 305 000 personnes se sont échappées de l’autre côté de la frontière avec la Hongrie et 245 000 de l’autre côté de la frontière slovaque. Ce sont près de sept millions d’Ukrainiens qui ont abandonné leurs maisons pour se réfugier dans des villes ou des villages de l’intérieur du pays, qui ne sont pas directement visés par les bombardements. En deux semaines, le nombre de personnes déplacées et de réfugié.e.s se rapproche de ce qui a eu lieu en Syrie en l’espace de dix ans. L’Europe est à nouveau secouée par un drame humanitaire, le même que celui que vivent quotidiennement des millions d’Africains rejetés ou abandonnés à leur sort par le bloc impérialiste européen.

La peur d’une catastrophe nucléaire est revenue

Les troupes de Poutine ont occupé Tchernobyl. Ils ont ensuite attaqué la centrale nucléaire d’Energodar dans la région de Zaporijia, la plus grande d’Europe. Là, un incendie s’est déclaré qui a bouleversé le monde. Les spécialistes militaires n’excluent pas que Poutine puisse utiliser des armes nucléaires tactiques s’il n’obtient pas de résultats militaires probants. Ces dangers ont placé la population européenne dans une situation de peur permanente d’une nouvelle catastrophe ou agression nucléaire, avec ses conséquences dévastatrices de mort. Les ambitions des impérialistes des deux côtés ne permettent pas d’exclure la possibilité d’un désastre.

Une bouteille transformée en cocktail Molotov dans une ancienne usine de Lviv

L’extension de la guerre est une menace latente

L’autre élément qui tient des millions de personnes en alerte est la possibilité qu’une troisième guerre mondiale éclate. Le président Joe Biden a déjà déclaré que les troupes américaines ne combattront pas en Ukraine à moins que la Russie n’attaque un membre de l’OTAN, déclenchant une troisième guerre mondiale. Chaque jour, les bombes tombent à quelques kilomètres de la frontière avec la Pologne, pays qui fait partie de l’Alliance atlantique dirigée par les Américains. Tant que le capitalisme impérialiste est en vigueur, les crises et les guerres sont une possibilité latente qui menace l’humanité.

L’expansionnisme nord-américain continue d’agir

Bien que les Américains n’interviennent pas dans la confrontation directe avec Poutine, ils agissent. Biden a annoncé qu’il enverrait 100 drones et 800 missiles anti-aériens Stinger (il y en a 1 400). La liste est complétée par des obus anti-blindés, des lance-roquettes antichars, des armes légères et des balles. Il a également ordonné l’envoi de 800 millions de dollars supplémentaires pour l’aide ukrainienne. Ils n’ont pas renoncé, et ne renonceront pas, à leur politique d’expansion en Europe de l’Est, qui est l’une des raisons qui alimentent la guerre. Poutine a déclenché la guerre, la présence de l’OTAN et de l’impérialisme occidental, dans une région qu’il entend influencer pour étendre ses marchés, est une menace directe pour la paix.

Une bouteille transformée en cocktail Molotov dans une ancienne usine de Lviv

Des conséquences déjà ressenties

Les plus touchés sont les travailleurs et le peuple ukrainien. Les travailleurs russes recevront également la facture de guerre de leur gouvernement. Les effets de la guerre se font déjà sentir dans l’UE et l’onde de choc atteindra d’autres continents. L’inflation, qui s’est installée avant la guerre comme produit de la crise de l’économie capitaliste, continue de progresser. Les prix de l’énergie et de l’alimentation continuent d’augmenter et de déprécier les salaires. À tel point que, par exemple, dans l’État espagnol, des manifestations ont commencé à avoir lieu dans les campagnes ainsi que des protestations de camionneurs. Pour la première fois depuis longtemps, on parle de la possibilité d’une explosion sociale.

Amis et complices de l’invasion par intérêt

En Europe, certains yachts de luxe ont été confisqués aux oligarques liés au régime et d’autres mesures ont été prises en guise de sanction. Mais ils ne cessent d’exprimer le cynisme du bloc européen qui fait tout pour découpler la guerre de ses besoins commerciaux avec la Russie, essentiellement gaziers. Il y a aussi ceux qui ne cachent pas leur soutien à Poutine. À l’ONU, les géants indien et chinois se sont abstenus lors d’un vote de condamnation. Même parmi les pays qui ont voté pour, il n’y a pas beaucoup d’adhésions strictes aux sanctions que Washington et Bruxelles veulent imposer.

L’Indian Oil Corporation vient d’acquérir du pétrole russe avec une remise de 25 %, et achète également 60 % de leurs armes. L’impérialisme américain devient le champion des sanctions, mais continue d’importer de l’uranium russe pour ses usines. Le président argentin Alberto Fernández a proposé à Poutine de prendre son pays « comme porte d’entrée vers l’Amérique latine » pour le commerce. Le réactionnaire Jair Bolsonaro a serré la main de Poutine. Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a été reçu par le Kremlin, n’a pas condamné l’invasion et fait face à une motion de censure.

La Russie est également en train de reconstruire et d’étendre ses relations en Afrique. Mais l’essentiel est qu’elle considère la Chine comme un allié, certes plus modéré. La Turquie et Israël critiquent l’invasion et appellent au respect de l’intégrité de l’Ukraine, mais ne prennent aucune mesure contre la Russie en raison de leurs propres intérêts en jeu. L’image d’une Russie acculée commercialement ne correspond pas à la réalité, du moins dans de vastes régions de la planète.

Une politique de principe des socialistes révolutionnaires et des internationalistes

Le jour même du début de l’invasion, des mobilisations ont eu lieu dans les principales villes russes. Elles sont maintenues malgré la répression et l’emprisonnement menés par le régime. Il est essentiel que les protestations se propagent et s’approfondissent dans le monde entier, pour donner forme à un grand mouvement pour le Non à la guerre. À la LIS nous réaffirmons nos axes politiques d’intervention exprimés dans des déclarations et des notes. Ce sont le rejet de l’invasion de l’impérialisme russe, le soutien à la résistance du peuple ukrainien, l’exigence du retrait de l’OTAN et des États-Unis d’Europe de l’Est. Nous n’accordons aucune confiance au gouvernement néolibéral et pro-impérialiste de Zelensky, confrontant les positions de la droite et de l’extrême droite. Nous appelons à la mobilisation des travailleurs russes contre Poutine et à la solidarité mobilisée de tous les peuples du monde. C’est la politique que nous menons avec nos camarades de la Ligue Socialiste Ukrainienne qui résistent à l’invasion avec le peuple.

Campagne de solidarité : « 1 dollar/euro pour les travailleurs ukrainiens ». Nous allons continuer la campagne de soutien politique avec des actions, des déclarations, des événements, des conversations, des dénonciations sur les réseaux sociaux et d’autres initiatives. A ces actions s’ajoute une campagne de soutien matériel au Syndicat de protection du travail « Zakhist Pratsi », dont l’organisation des mineurs de la société « Selidov-ugol » est au combat. Nous répondons ainsi à l’appel lancé par le Syndicat Indépendant. Les travailleurs qui résistent ont besoin de la solidarité des travailleurs du monde entier, des jeunes, des étudiants, des femmes et de tous les peuples qui ne veulent pas la guerre. C’est pourquoi nous te demandons de participer avec « 1 dollar/euro pour les travailleurs ukrainiens ».