Colombie : Nous condamnons les mesures répressives contre l'Assemblée populaire nationale

17 juillet 2021 Aujourd’hui 16 juillet, des délégations d’assemblées populaires de tout le pays ainsi que des secteurs syndicaux, étudiants, indigènes et paysans se préparent à se rendre à l’Assemblée populaire nationale qui se tiendra à Cali, du 17 au 20 juillet.

Face à cela, le maire de Cali et le gouverneur de Valle del Cauca ont imposé des mesures restrictives pour fermer les frontières de la région sous prétexte de COVID, ce qui permet le gouvernement génocidaire et paramilitaire Uribe de Duque de persécuter les voyageurs, en commençant par stopper les bus des délégations pour les remettre aux mains de la Police nationale, alors que les délégué.e.s ont besoin de leurs valises et de leurs effets personnels, ne respectant pas le plus élémentaire des droits humains.

En ce moment, 8 camarades d’Impulso Socialista de la Ligue Internationale Socialiste sont détenu.e.s dans la municipalité de Caldas Antioquia par les forces répressives avec d’autres militant.e.s. Bien qu’ils puissent quitter ce point de contrôle, nous alertons sur le fait qu’ils peuvent continuer à arrêter des bus à d’autres points de contrôle. Ces actions sont actuellement perpétrées dans tout le pays pour empêcher l’Assemblée populaire nationale et la mobilisation du 20 juillet d’avoir lieu.

Nous condamnons les mesures répressives des gouvernements locaux et du gouvernement national et nous appelons à la solidarité internationale pour dénoncer ce qui se passe afin que nos camarades, avec le mouvement en général, puissent former l’Assemblée populaire nationale.

Vive la lutte du peuple colombien !

Dehors Duque !